LE FLASH DU MERCREDI 07 OCTOBRE 2009

 

LE KING TAMATOA NE PEUT PAS ETRE MIS EN SERVICE SUR LES ISLV


Le King Tamatoa fait 134 mètres de long et se charge par l’avant ou par  l’arrière.


Dans l’état actuel des quais à Huahine, Raiatea ou Bora-Bora, il ne pourra ni charger ni décharger. Sa mise en exploitation est conditionnée par la réalisation d’infrastructures portuaires importantes  à Huahine, Raiatea et Bora-Bora (si vous n’avez pas de cartes marines, allez sur Google Earth).


La réalisation de ces infrastructures se chiffre à plus de 1 milliard 200 millions sans compter sur l’impossibilité d’utiliser le quai des bateaux de croisière à Papeete (voir notre flash  sur le coût pour le contribuable).


Deux questions se posent :

 

1- Qui va payer les 1 milliard 200 millions de quais ?  Le vote du budget 2010 nous  le dira ! Rien ne semble acquis de ce côté-là  vu les réticences de 3 groupes sur 5 à l’assemblée ; par ailleurs, nous voyons mal le King Tamatoa , privé de 1 milliard 197 millions de défiscalisation locale(Oscar a été ferme là-dessus lors de sa déclaration publique à l’assemblée), pouvoir  financer  1 milliard 200 millions de travaux sans remettre totalement en cause son business-plan.

 

2- Le délai de réalisation de ces ouvrages portuaires nécessaires ?  La durée de réalisation de ces ouvrages très techniques nécessite au moins 12 mois de travaux  après d’une part  le feu vert  qui serait donné par le budget 2010 et d’autre part  le lancement des appels d’offres des travaux ; donc pas avant 2011.


Par son référendum-bidon bien orchestré, le grand timonier  Gaston Tetuanui  continue de vendre gratuitement  des images, des mirages et  du vent aux « pauvres » populations des ISLV.


A ce titre, une anecdote : des amis membres du syndicat des pêcheurs en haute mer  nous ont rapporté qu’il  y a quelques années, un certain Gaston Tetuanui  ou son frère  leur avait vendu à grand renfort de bla-bla  des bateaux de pêche australiens ;  le hic : ces bateaux ne sont jamais arrivés à Tahiti.


Nous sommes persuadés  que ce n’est pas la même personne et que cela  ne peut être qu’une simple coïncidence ;  n’est-ce pas !!!