Nouveau

LE FLASH DU JEUDI 08 OCTOBRE 2009

 

LE COMITE DE PILOTAGE DE MOEHAU


Lundi dernier, le conseil des ministres a acté la création d’un comité de pilotage et d’un comité technique chargés du suivi de l’élaboration du schéma directeur des transports aériens et maritimes pour la période 2010-2025, présentés par MOEHAU.


MOEHAU vient d’ouvrir  une porte déjà  grande ouverte :  En effet, la délibération n° 77-46 AT du 15 mars 1977 portant création du Comité Consultatif de la Navigation Maritime Interinsulaire ( le fameux  CCNMI dont les avis ne sont pas pris en compte par le ministre MOEHAU pour l’octroi des licences d’armateur) stipule :


1-    dans son article 2 : «  Le comité est habilité à proposer au chef du territoire, en conseil des ministres, des plans d’organisation générale ou sectorielle des liaisons maritimes interinsulaires, qui seront ensuite soumis à l’approbation de l’assemblée territoriale »


2-    dans son article 5 : « Le CCNMI peut constituer en son sein des commissions d’études spécialisées qui pourront s’adjoindre, le cas échéant, des spécialistes des questions à étudier »


3-    dans son article 6 : « Le comité se réunit sur convocation de son président »  (qui n’est ni plus ni moins que le ministre des transports, MOEHAU).


Il apparaît clairement que les propositions de plans d’organisation des liaisons maritimes sont de la compétence du CCNMI ; mais il apparaît tout aussi clairement que MOEHAU ne veut plus avoir à faire avec  le CCNMI, ça provoque chez lui  des crises d’urticaire qui durent  des mois et des mois.


Il  lui reste une solution : se faire élire représentant à  l’assemblée, et alors  proposer  l’abrogation de la délibération n° 77-46.

 

Bonne chance à lui !!!

LE FLASH DU MERCREDI 07 OCTOBRE 2009

 

LE KING TAMATOA NE PEUT PAS ETRE MIS EN SERVICE SUR LES ISLV


Le King Tamatoa fait 134 mètres de long et se charge par l’avant ou par  l’arrière.


Dans l’état actuel des quais à Huahine, Raiatea ou Bora-Bora, il ne pourra ni charger ni décharger. Sa mise en exploitation est conditionnée par la réalisation d’infrastructures portuaires importantes  à Huahine, Raiatea et Bora-Bora (si vous n’avez pas de cartes marines, allez sur Google Earth).


La réalisation de ces infrastructures se chiffre à plus de 1 milliard 200 millions sans compter sur l’impossibilité d’utiliser le quai des bateaux de croisière à Papeete (voir notre flash  sur le coût pour le contribuable).


Deux questions se posent :

 

1- Qui va payer les 1 milliard 200 millions de quais ?  Le vote du budget 2010 nous  le dira ! Rien ne semble acquis de ce côté-là  vu les réticences de 3 groupes sur 5 à l’assemblée ; par ailleurs, nous voyons mal le King Tamatoa , privé de 1 milliard 197 millions de défiscalisation locale(Oscar a été ferme là-dessus lors de sa déclaration publique à l’assemblée), pouvoir  financer  1 milliard 200 millions de travaux sans remettre totalement en cause son business-plan.

 

2- Le délai de réalisation de ces ouvrages portuaires nécessaires ?  La durée de réalisation de ces ouvrages très techniques nécessite au moins 12 mois de travaux  après d’une part  le feu vert  qui serait donné par le budget 2010 et d’autre part  le lancement des appels d’offres des travaux ; donc pas avant 2011.


Par son référendum-bidon bien orchestré, le grand timonier  Gaston Tetuanui  continue de vendre gratuitement  des images, des mirages et  du vent aux « pauvres » populations des ISLV.


A ce titre, une anecdote : des amis membres du syndicat des pêcheurs en haute mer  nous ont rapporté qu’il  y a quelques années, un certain Gaston Tetuanui  ou son frère  leur avait vendu à grand renfort de bla-bla  des bateaux de pêche australiens ;  le hic : ces bateaux ne sont jamais arrivés à Tahiti.


Nous sommes persuadés  que ce n’est pas la même personne et que cela  ne peut être qu’une simple coïncidence ;  n’est-ce pas !!!

LE FLASH DU MARDI 06 OCTOBRE 2009

 

LE GOUVERNEMENT VEUT BOTTER EN TOUCHE LA SOLUTION DU TAHITI-NUI 1


Face au problème du transport des passagers sur les ISLV et  l’urgence « déclarée », les armateurs ont  fait la proposition au gouvernement de mettre en service immédiatement le navire TAHITI-NUI 1 du pays qui dort à quai avec tout son équipage payé ; avec ce navire qui peut transporter 198 passagers, le prix du billet ne serait que de 3.000 francs au lieu des 6.000 francs et des 3 milliards 200 millions d’infrastructures portuaires  pour le King Tamatoa.


Le gouvernement ne semble pas apprécier du tout, mais pas du tout, notre proposition qui vient sans doute contrecarrer ses plans ; Il ne nous a jamais  répondu et évite à tout prix de communiquer sur ce sujet.


Devant l’insistance de certains, il aurait fini par lâcher : «  le bateau est en panne ». Pas bien glorieux pour le navire -amiral du pays qui ne totalise que quelques dizaines de jours de mer par an à côté des 28 navires de la flottille privée qui assurent quotidiennement leurs missions.


Renseignements pris auprès de l’équipage : il n’y avait qu’une pompe à huile à changer ; durée de l’intervention  2 heures.


Conclusion : Si la solution du TAHITI-NUI 1 répond aux besoins des populations des ISLV, elle n’arrange pas du tout le gouvernement.


Mais pourquoi donc ?  Aurait-il déjà signé des engagements avec Bill Ravel ?

LE FLASH DU MARDI 06 OCTOBRE 2009

 

LE GOUVERNEMENT VEUT BOTTER EN TOUCHE LA SOLUTION DU TAHITI-NUI 1


Face au problème du transport des passagers sur les ISLV et  l’urgence « déclarée », les armateurs ont  fait la proposition au gouvernement de mettre en service immédiatement le navire TAHITI-NUI 1 du pays qui dort à quai avec tout son équipage payé ; avec ce navire qui peut transporter 198 passagers, le prix du billet ne serait que de 3.000 francs au lieu des 6.000 francs et des 3 milliards 200 millions d’infrastructures portuaires  pour le King Tamatoa.


Le gouvernement ne semble pas apprécier du tout, mais pas du tout, notre proposition qui vient sans doute contrecarrer ses plans ; Il ne nous a jamais  répondu et évite à tout prix de communiquer sur ce sujet.


Devant l’insistance de certains, il aurait fini par lâcher : «  le bateau est en panne ». Pas bien glorieux pour le navire -amiral du pays qui ne totalise que quelques dizaines de jours de mer par an à côté des 28 navires de la flottille privée qui assurent quotidiennement leurs missions.


Renseignements pris auprès de l’équipage : il n’y avait qu’une pompe à huile à changer ; durée de l’intervention  2 heures.


Conclusion : Si la solution du TAHITI-NUI 1 répond aux besoins des populations des ISLV, elle n’arrange pas du tout le gouvernement.


Mais pourquoi donc ?  Aurait-il déjà signé des engagements avec Bill Ravel ?

LE FLASH DU LUNDI 05 OCTOBRE 2009


MERCI A LA DEPECHE POUR LEUR ARTICLE D’AUJOURD’HUI SUR LA DESSERTE DES ISLV


Dans certains de nos Flash du Jour, nous n’avons pas toujours été tendres avec « La Dépêche » ; mais nous ne retirons rien de ce que nous avons écrit.


Par contre, aujourd’hui,  nous voulons féliciter « La Dépêche » pour l’équilibre et  l’objectivité de l’article présenté sur le dossier de la desserte des ISLV. Il était nécessaire de réellement informer et d’élever le débat, sans se cantonner dans des règlements de comptes stériles  qui  certes font vendre du papier mais qui n’apportent  rien de positif au débat.


Nous souhaitons que cela puisse continuer.


Merci « La Dépêche » pour cet effort.