Nouveau

LE FLASH DU SAMEDI 03 OCTOBRE 2009

MOEHAU A COMPRIS ;  OSCAR N’A PAS COMPRIS


Devant l’opposition de 3 groupes sur 5  à l’assemblée :  TO TATOU AI’A (14 élus), TAHOERAA HUIRAATIRA (11 élus), TE MANA O TE MAU MOTU (6 élus)  sans compter au moins 1 élu déclaré de l’ UDSP,  à sa décision d’octroyer une licence au King Tamatoa, notre ministre des transports  MOEHAU a présenté logiquement  sa démission au Président OSCAR.


Le Président a refusé sa démission !   MOEHAU qui est à la recherche d’un parti fa’a’amu,  tout content,  n’a pas renouvelé son offre !


Pourtant Monsieur le Président, en calculant bien :  14 + 11 + 6 + 1 cela fait bien 32 élus sur 57  !!!


Alors, cherchez l’erreur !

LE FLASH DU VENDREDI 02 OCTOBRE 2009

 

NOUVEAUX  PRIX DES HYDROCARBURES : SURCOÛT DU KING TAMATOA POUR LE PAYS


A compter du 1er octobre 2009, le prix CAF du gazole est passé à 47,114 F/litre.


Le montant de stabilisation du gazole destiné aux navires assurant la desserte maritime interinsulaire a été fixé à : 1,328 F/litre.


De ce fait, uniquement au niveau de sa consommation, le King Tamatoa coûtera 24 millions 272 mille francs de plus au pays.


Merçi au King Tamatoa pour sa faible consommation.

LE FLASH DU MERCREDI 30 SEPTEMBRE 2009

 

LE REFERENDUM DEMANDE PAR  LA SOCIETE RAROMATAI FERRY


Le grand timonier Gaston TETUANUI déclare : « Depuis des mois, notre société a répondu à toutes les questions posées par le gouvernement d’Oscar Temaru, et le dossier a fait l’objet d’une instruction approfondie »


C’est vrai que le dossier est sur la sellette depuis  5 mois ; mais pourquoi donc depuis si longtemps ?


A l’examen du dossier, par deux fois le Comité Consultatif de la Navigation Maritime Interinsulaire a donné un avis défavorable. Suite à ces deux  avis sans appel du CCNMI, le ministre des transports  n’a pas pris sur lui de rejeter  le dossier mais a demandé l’arbitrage du conseil des ministres.


Doutant de la fiabilité des avis du CCNMI ( merçi  pour les membres du comité), le Président a mandaté  un expert pour vérifier le business plan du projet. Conclusion de l’expert : le projet est viable mais non rentable (même avec la défiscalisation et le gazole détaxé). Suite à cette expertise, le ministre des transports a dû déclarer  publiquement que le projet était  non rentable et irréaliste.


On aurait pu croire que l’on était à la fin du film. Hé bien non !!! Si à ce moment-là, le ministre ne pouvait  plus accorder  de licence d’armateur au King Tamatoa, il s’est bien gardé de jeter le dossier à la corbeille.


En effet, deux mois après cet échec, le ministre remet le même dossier, sans la moindre modification, sur le tapis du conseil des ministres pour obtenir enfin un feu vert pour la licence, mais cette fois-ci sans défiscalisation et sans gazole détaxé.


Il n’est pas nécessaire d’être devin pour comprendre que le dossier n’était pas bon mais qu’il fallait à tout prix qu’il obtienne une licence, même amendée, pour que le dossier ne se retrouve pas définitivement relégué  aux oubliettes. Il n’est pas nécessaire non plus d’être devin pour comprendre le pourquoi de cette demande de référendum de la part de la société Raromatai Ferry.


Au fait, référendum pour référendum, pourquoi ne demanderait-on pas aux populations des ISLV leur avis sur la mise en service immédiate  du navire du pays TAHITI NUI 1 avec un billet à 3.000 francs au lieu des 6.000 francs du King Tamatoa ?

LE FLASH DU JEUDI 01 OCTOBRE 2009

 

BILL RAVEL VEUT-IL NOUS REFAIRE LE COUP DU "YEIWENE-YEIWENE"?

 

Le "Yeiwene-Yeiwene" est un navire que Bill Ravel avait fait acheter par le gouvernement de Nouvelle Calédonie.

En dessous, 2 extraits du journal "Les nouvelles Calédoniennes".

Bonne lecture.

 

 

LE FLASH DU MARDI 29 SEPTEMBRE 2009

L’INTERET GENERAL  :  CELUI QUI COMMENCE PAR SOI-MEME !


La Polynésie compte 5 archipels.


Celui des ISLV est desservi  par 3 navires, 30 fois par mois;  par avion entre 34 et 6O fois par semaine.


Celui des Australes : par bateau 2 fois par mois ; par avion 6 fois par semaine.


Celui des Tuamotu-Gambier : une desserte très variable suivant les îles, par bateau en moyenne 2 fois par mois ( Gambier  2 fois par mois, Rangiroa  9 fois par mois);  par avion en moyenne 4 fois par semaine ( Gambier 2 fois par semaine, Rangiroa  21 fois par semaine).


Celui des Marquises : par bateau près de 3 fois par mois ; par avion 7 fois par semaine.


Cette disparité dans la fréquence des dessertes s’explique à la fois par le nombre de population de l’île  desservie,  par l’importance de son économie et par son éloignement de Papeete ( Papeete-ISLV  200 Km, Papeete- Marquises  1.400 Km, Papeete- Gambier 1.600 Km, Paris- Marseille 700 Km ).


Alors, compte tenu de ces paramètres et  sachant que le navire du pays TAHITI NUI 1 peut assurer immédiatement  la desserte des ISLV en passagers  avec un billet à 3.000 francs,  plutôt que de dilapider 4 milliards 400 millions de l’argent du peuple  pour mettre en service un King Tamatoa inadapté et gourmand en carburant, ne croyez-vous pas que ce magot serait plus utile à l’amélioration des  conditions financières  de desserte maritime et aérienne  des populations des  archipels éloignés !!!