Nouveau

LE FLASH DU DIMANCHE 27 SEPTEMBRE 2009

 

LE PRESIDENT AUX ETATS GENERAUX : « IL FAUT ENTAMER UN PROCESSUS DE DECOLONISATION »


Nous l’avons bien entendu, Monsieur le Président !


Expliquez-nous alors  comment entamer un processus de décolonisation quand vous-même  donnez nos entreprises de transports  en pâture à la société multinationale VEOLIA porteuse d’un projet reconnu  non rentable et  irréaliste qui coûtera une fortune au pays et qui mettra en difficulté les populations des archipels éloignés ?


Nous vous l’avons dit et répété :  le navire TAHITI-NUI 1 du pays peut répondre immédiatement aux besoins exprimés par les populations des ISDLV, sans un denier public déboursé.
VEOLIA TRANSPORT, comme le Groupe SUEZ propriétaire aujourd’hui  de l’EDT, comme La  LYONNAISE DES EAUX, comme EGIS qui a des vues sur la concession de l’aéroport de TAHITI-FAAA,  serait-elle la voie de votre décolonisation ?


Il faudra être cohérent Monsieur le Président  !!!

LE FLASH DU SAMEDI 26 SEPTEMBRE 2009

 

LE SCHEMA  DIRECTEUR  DES TRANSPORTS MARITIMES VU PAR NOTRE MINISTRE MOEHAU


Le schéma directeur de la desserte maritime  actuelle a été élaboré en 1977.


Depuis 32 ans, une vingtaine de ministres des transports se sont succédés dans  la fonction  sans  avoir modifié quoi que se soit  dans ce schéma ; quant aux armateurs, ils ont su s’adapter  au fur et à mesure pour répondre en permanence aux besoins des populations des îles :  en 2008, 424.000 tonnes de marchandises  transportées vers ou en provenance des îles,  1.706.000 passagers.


Aujourd’hui, notre jeune ministre des transports ( 7 mois dans la fonction mais directeur d’école retraité quand même) veut élaborer un nouveau schéma directeur des transports maritimes.


Une très bonne idée  certes, mais ardue et qui nécessite de la réflexion.


Dans cette courageuse démarche, notre jeune ministre semble avoir mis la charrue avant les bœufs ; c’est notre avis et c’est  ce que rapporte d’ailleurs  la conclusion des travaux  de l’atelier 2 des états généraux :


« Les décisions prises au jour le jour au détriment d’une vision sur le long terme sont légions. Exemple :  alors même qu’est annoncé le lancement  (par Moehau) d’une étude d’un schéma directeur du transport aérien et maritime dans les archipels, une licence de navigation  pouvant déstructurer plusieurs pans de ce secteur et générer des coûts importants, a été octroyée (dans la précipitation par Moehau) »


Cherchez l’erreur :   Incompétence  ou/et  marché de copains-coquins !!!

LE FLASH DU JEUDI 24 SEPTEMBRE 2009

 

LE COURAGE DES UNS  CONTRE  LA LACHETE DES AUTRES

 

Les salariés de AIR TAHITI ont eu le courage de manifester publiquement devant nos représentants à l’Assemblée pour faire entendre  leur inquiétude face à la venue du King Tamatoa : ils ont pris la peine de réfléchir, et  ils ont agi.  Bravo, nous les félicitons.


A contrario, les différentes centrales syndicales, si prolixes habituellement, ont brillé par leur silence dans le débat  et leur inaction. Pour qui  roulent-elles :  pour les avantages douillets  de leurs dirigeants ou la défense des salariés !!!

Là encore, cherchez l’erreur.


Mieux, Georges Handerson  ministre de l’environnement, les association de défense de l’environnement, l’association 2D attitude,  Jacky  Bryant leader auto-proclamé des Verts en Polynésie, tous participants médiatiques  à qui mieux-mieux au Grenelle de la mer, aux états généraux et au flash-mob pour se faire valoir, qu’avez-vous fait pour défendre l’environnement dans ce dossier polluant ? RIEN . . .  vous vous êtes défilés


Messieurs les champions de la défense de l’environnement, soyez honnêtes et courageux, passez  aux autres le flambeau que vous êtes incapables de défendre ; mais qui vous aide néanmoins à vivre.

LE FLASH DU VENDREDI 25 SEPTEMBRE 2009

 

LE NAVIRE TAHITI-NUI 1 :  LA SOLUTION AVEC UN BILLET A MOINS DE 3.000 FRANCS !!!


Pourquoi faire compliqué quand on peut faire simple !

Pourquoi  créer des  dissensions  politiques  en période de crise quand on n’en a pas besoin !

Pourquoi dilapider l’argent du peuple quand on en a pas ou peu !


Aujourd’hui, le pays est propriétaire du navire TAHITI-NUI 1 qui est  opérationnel  et  qui « rouille » à quai !

Aujourd’hui, le pays paie les salaires de 150 marins professionnels qui cotisent à l’ENIM (source : les affaires maritimes) et qui ne font rien !


La mise en service du TAHITI-NUI 1  sur les ISLV répondrait  immédiatement aux besoins exprimés par les populations de cet archipel.


La mise en service du TAHITI-NUI 1 ne coûterait en plus au pays que sa consommation en carburant. Si le pays facture aux passagers  3.000 francs le billet, avec une capacité de 198 passagers et à raison de 3 voyages par semaine, les recettes engrangées couvriront cette charge supplémentaire, et  le pays fera même des économies dans son budget de fonctionnement !


Alors  !!!     ACTION

LE FLASH DU MERCREDI 23 SEPTEMBRE 2009

 

IL FAUT SAUVER LE SOLDAT BILL RAVEL


A  grand renfort de déclarations publiques, de courriers et de publi-rédactionnel d’une page entière dans chacun des quotidiens, Bill RAVEL a déclaré :


«  La société RAROMATAI FERRY  a fait la demande officielle au gouvernement de ne pas bénéficier du carburant subventionné, et achètera son carburant dans le cadre d’un marché libre aux importateurs d’hydrocarbures  locaux.  Libre aux autres armateurs de faire une demande similaire au gouvernement et d’assumer seuls les risques de hausse ou baisse des hydrocarbures. »


Le Président  du pays l’a bien entendu ; lors de notre entrevue du 18 septembre et devant la presse, le Président a décrit les conditions d’octroi de la licence d’armateur à Bill RAVEL :


« Nous avons précisé qu’il n’y aura pas d’agrément fiscal ; ils ne bénéficieront pas non plus du FRPH. C’est vraiment une position tranchée du gouvernement  et nous ne reviendrons pas dessus. »


Aujourd’hui le sergent MOEHAU, ministre des transports, demande à son capitaine PUCHON, ministre de l’économie et des finances, de concocter  une « cotation spéciale hydrocarbures » pour que Bill RAVEL ne paie pas trop cher son carburant et arrive à s’en sortir.


Nous pensons que le colonel de la bande, lui aussi, tentera tout auprès du général pour sauver le soldat Bill RAVEL.


Au fait, qui est le colonel de la bande ?