Nouveau

LE FLASH DU MARDI 22 SEPTEMBRE 2009


LA  SOCIETE  RAROMATAI FERRY  :  LES ROIS DE LA DESINFORMATION


1-    La consommation du King Tamatoa :

 

« il n’existe aucune preuve ni calcul au ministère des transports, ni chez l’expert mandaté » cf le publi-reportage du mois de juillet 2009 du King Tamatoa
Nous, nous avions suffisamment d’éléments dans le dossier technique de présentation du NGV Liamone pour faire les calculs : référez-vous à la courbe de consommation que nous avons pu établir et qui n’a jamais été contestée ; et pour cause !

 

2-    La date de mise en service :


-    Dans leur double page de publireportage du 30 mai 2009 :  la date de mise en service du King Tamatoa,  le 30 octobre 2009
-    Aujourd’hui  :  la date de mise en service, le 1er mars 2010, cf les Nouvelles du 27 août 2009; si  les infrastructures portuaires dans les îles sont réalisées à temps… par le pays ; durée estimée des travaux : 1 an s’il y a de l’argent


3-    Le coût des infrastructures portuaires :


-    Le grand timonier Gaston TETUANUI a déclaré dans Les Nouvelles du 19 septembre  : «  nous avons déjà décrit auprès du ministère de l’Equipement les travaux nécessaires. Ils ne dépassent pas 20 millions »


-    Dans le rapport demandé par le ministère des Grands Travaux au Port Autonome, un rapport qui a bien été remis au ministre des transports avant le conseil des ministres du 16 septembre, le montant des travaux peut être estimé à 3 milliards 200 millions.


-    Gaston TETUANUI ne s’est pas trop trompé de beaucoup : il a simplement confondu les euros avec les francs  pacifiques; Il n’y a pas de quoi en faire un drame !!! ( 1 euro  =  120 francs pacifiques , faites le calcul )

LE FLASH DU DIMANCHE 20 SEPTEMBRE 2009

 

LES GARANTIES  DONNEES  PAR LE PRESIDENT AUX ARMATEURS LE 18.09.09


1-    La mondialisation :

 

Pour le Président, sur ce concept général, il dit ne pas vouloir s’opposer à la venue de sociétés extérieures, même à  de sociétés multinationales. C’est un discours qui peut surprendre de la part d’un leader indépendantiste ; nous lui souhaitons bon courage,  à lui et à Robert MAKER  PCA de la SETIL-AEROPORTS,  avec la société EGIS, filiale de la Caisse des Dépôts et Consignations, dans le cadre du renouvellement  de la concession de l’aéroport de TAHITI-FAAA.


2-    Le non-impact sur les finances publiques :


•    Pas de défiscalisation locale : la loi du pays n° 2009-7 du 1er avril 2009 qui avait été faite sur mesure pour le King Tamatoa,  prévoit cette défiscalisation. Pour être plus concret, il faudrait faire annuler cette disposition particulière dans cette loi du pays. Sans défiscalisation, le montant annuel du crédit-bail du King Tamatoa serait abondé de 145 millions 821 mille FCP, et porterait le déficit d’exploitation annuel  du King Tamatoa à 575 millions FCP  (cf : audit de l’expert du président, notre courrier du 21 août 2009)


•    Ne pas bénéficier du gazole détaxé : sauf à  vouloir voir le monde à l’envers, un gazole détaxé est moins cher qu’un gazole taxé ! Le prix du baril de pétrole était à 38 US$ en janvier 2009, à 73 US$ aujourd’hui ; avec une consommation de plus de 18 millions de litres de gazole par an, imaginez l’impact de cette consommation sur les frais d’exploitation du King Tamatoa en plus de ce qui précède !!!


•    Les infrastructures portuaires : Le ministre des transports s’était bien gardé d’en informer le Président et les membres du gouvernement. Vu la configuration et la taille du King Tamatoa, sa mise en service nécessite 3 milliards 200 millions d’infrastructures portuaires (cf : études du Port Autonome), sans tenir compte du délai de réalisation de ces ouvrages (un an au minimum).  Comme l’a dit le ministre des transports, ces infrastructures ne doivent pas être réalisées par le pays pour satisfaire le besoin particulier de tel ou tel navire. Donc qui paiera : le King Tamatoa.


Avec la transparence que nous avons apportée, la donne du projet  n’est plus la même ;  le Président en a pris acte : il adressera un courrier en conséquence au King Tamatoa afin de lever toute ambiguité.


Et principalement,  pour apporter une solution concrète  au réel problème, celui du transport des passagers sur la ligne des ISLV, le Président a rejoint notre proposition d’affecter dans l’immédiat le navire du pays, le TAHITI NUI 1, sur cette desserte.

LE FLASH DU VENDREDI 18 SEPTEMBRE 2009

 

LA MANIFESTATION DE MECONTENTEMENT DES ARMATEURS


Dès le début de la semaine, nous avions annoncé que, dans le cas où une licence devait être accordée au King Tamatoa, les armateurs manifesteraient leur mécontentement.


Plusieurs options avaient été envisagées :


-    bloquer la passe de Papeete et interdire toute circulation maritime
-    laisser nos bateaux à quai pendant une journée, toutes lignes de desserte confondues
-    organiser un défilé hot des armateurs habillés en « string fluo », place Vaiete


Compte tenu du peu d’options qui s’offraient à nous, nous avons choisi la seconde. Malgré les désagréments inévitables qui seraient occasionnés auprès des populations, cette option restait la moins pénalisante.


A ce titre, nous reformulons nos excuses auprès de la population de Moorea qui en a souffert, même si elle n’a duré qu’une seule  journée.


Par ailleurs, les armateurs de la ligne de Moorea ont déjà prévu de déduire du prix de l’abonnement du mois prochain, cette journée non opérée.

LE FLASH DU SAMEDI 19 SEPTEMBRE 2009

 

LE JEU « PIPÉ » DU MINISTRE DES TRANSPORTS  AUPRES DU PRESIDENT


Suite à la décision du conseil des ministres d’accorder une licence au King Tamatoa, le Président a bien voulu accepter  de recevoir les armateurs le vendredi  19 septembre ; ce dont nous le remercions.

 

Lors de cette réunion, nous lui avons rappelé les arguments que nous avions déjà  développés précédemment :  un navire trop grand et inadapté, gourmand en carburant avec une incidence financière pour le pays au niveau du FRPH, le coût de la défiscalisation locale, notre mise en concurrence avec une  société multinationale aux moyens sans commune mesure avec les nôtres, et le coût des infrastructures nécessaires à sa mise en service : 3 milliards 200 millions.


La réponse du Président en se retournant vers son ministre des transports : « on m’a dit que ce navire n’avait besoin d’aucune infrastructure supplémentaire »
La réponse du ministre : « Je n’ai reçu ces documents du Port Autonome que mercredi matin »


Nous, nous  les connaissions depuis plus d’une semaine. . . Cherchez l’erreur !!!


Conclusion :  « Le Président a été roulé dans la farine par son propre ministre des transports »

LE FLASH DU MERCREDI 16 SEPTEMBRE 2009

 

LA SOLUTION QUE LE GOUVERNEMENT NE VEUT PAS VOIR


Par courrier en date du 7 septembre, les armateurs ont  suggéré au gouvernement de mettre en service immédiatement le navire du pays, le TAHITI NUI 1 qui rouille à quai avec son équipage payé, sur la ligne des ISLV pour répondre aux  besoins des populations.


Jusqu’à ce jour, la réponse du gouvernement a été un silence assourdissant.


Une question simple :  Où se trouve l’intérêt  général  Monsieur le Président ?